| Un site pour écono-écolo
Friday May 29th 2020

Tout ce qu'il vous faut pour    Tout Faire Vous-Même

Se trouve à la Boutique       Cliquez ici

Catégories

Vous cherchez un article?

Vin de noix

 

 

 

Comment faire un vin de noix et tout d’abord : qu’est ce que c’est ?

 

 

C’est un vin que l’on boit à l’apéritif, un peu comme la sangria ou l’hypocras (voir ma recette ici)

Un peu sucré, c’est un vin-apéro qui séduira à coup sur vos invités.

Facile à réaliser, avec un peu de patience (40 jours) vous êtes sure de remporter un franc succès.

 

La recette que je donne ici est une recette familiale, je remercie donc la mère de mon père de nous l’avoir transmise et fait si souvent apprécier.

 

 

Ingrédients :

40 noix fraîches (pas encore entièrement sèches, les noix de septembre)

3 litres de vin blanc 

40 morceaux de sucre 

30 cl d’alcool ou d’eau de vie à 90

(si vous n’en trouvez pas, 60 cl à 40°)

 

 

 

Procédure :

Dans une bouteille on met tous les ingrédients, on mélange bien jusqu’à ce que le sucre soit bien dissous.

Fermez

Entreposer dans un lieu frais et à l’abri de la lumière (cave, garage)

Laissez macérer 40 jours en remuant la bouteille tous les 10 jours environ.

Après ce délai, goutez et éventuellement resucrez.

Filtrez

Mettez en bouteille

 

 

Ce vin se garde sans problème pour sa conservation.

A servir frais.

 

 

Et pourquoi ne pas en faire pour vos proches?

Dans une jolie bouteille voilà une idée cadeau originale !

 


 

 

 

.

Vos réactions :

3 Réponses à : “Vin de noix”

  1. Grégoire dit :

    Je me permet d’intervenir concernant le moment le plus propice pour cueillir les noix en vue de réaliser son vin de noix.
    Certains anciens disent qu’il faut les cueillir à la Saint ….. (j’ai oublié lequel), mais suivant les régions, voire l’altitude (c’est mon cas), la formation des cerneaux se fait à des dates bien différentes… Cette années par exemple, mes noix étaient murent 3 à 4 semaines plus tôt.
    Alors comment faire me direz-vous !?
    Il suffit de vérifier régulièrement la m

  2. Grégoire dit :

    Bonjour,
    Je me permet d’intervenir concernant le moment le plus propice pour cueillir les noix en vue de réaliser son vin de noix.
    Certains anciens disent qu’il faut les cueillir à la Saint ….. (j’ai oublié lequel), mais suivant les régions, voire l’altitude (c’est mon cas), la formation des cerneaux se fait à des dates bien différentes… Cette années par exemple, mes noix étaient murent 3 à 4 semaines plus tôt.
    Alors comment faire me direz-vous !?
    Il suffit de vérifier régulièrement la maturité des noix en fendant au couteau une noix et sa bogue. L’idéal, c’est le moment ou l’on discerne la formation du cerneau, et surtout que la noix puisse toujours se couper au couteau.
    Je rajouterais comme dernier commentaire que ce n’est pas plus mal, lorsque les noix sont idéalement formées, de toutes les couper au moins en 2.
    Par contre, si quelqu’un peut retrouver la recette (que j’ai perdu) du vin de noix réalisé avec les feuilles, je suis preneur. L’avantage c’est que l’on peut en faire durant plusieurs mois sans se soucier de la maturité des fruits et je peux vous assurer qu’il doit falloir au moins être sommelier pour faire la différence.
    Cordialement.

  3. Grégoire dit :

    Concernant les dosages, je ne m’en étais pas rendu compte avant.
    Cette recette de vin aromatisé fait partie de bon nombre qui fonctionnent sur le principe des 4 – 40
    J’entends par là qu’il faut :
    40 noix
    40 sucres
    40 décilitres (30 de vin et 10 d’alcool) Soit 3 l et 1 l
    40 jours
    Je tiens aussi à préciser qu’une BONNE eau de vie se situe autour des 45°. Les alcools titrant 70 à 90° sont bien trop éthérés et même en plus petites quantités ils pourraient gâcher (ou ne serait-ce qu’altérer) le breuvage.
    Il n’en demeure pas moins que ce n’est que mon avis d’épicurien qui tient à rajouter qu’il ne faut pas lésiner sur la qualité des ingrédients. J’ai connu des vins aromatisés dans lesquels les gens mettaient des vins pas terribles avec des « gnôles vitriol », pensant que le sucre et les fruits allaient agir comme un remède.
    Que nenni. Comme aurait dit un vieil ami Marocain : Un âne, on en fait pas un cheval de course…
    A l’attention de Nathalie qui a fait l’effort de retranscrire sa recette de famille, mes remarques ou précisions ne sont pas là pour dénigrer.
    Juste que j’ai toujours trouvé divin le vin de noix de mon beau père (Périgourdin qui a fait carrière grâce à son palais). Et les remarques qui me sont venues à l’esprit l’on été par rapport à sa recette à lui et sa technique originale pour cueillir les noix (entre mi juin et mi juillet).
    Seul oubli de ma part, il utilisait du vin rouge. Mais les 2 vins se valent à mon goût pour ce breuvage.

Vous voulez réagir ? c'est ici :